J'ai été sortie de galère en 2016.

Tatie m'a ouvert sa porte ce qui m'a permis d'être rassurée sur mon avenir.
En Janvier 2017, j'ai trouvé ma maman de coeur qui m'a aimée au delà de toutes mes espérances.
J'étais devenue une princesse aimée, choyée, bichonnée...
J'étais bien quoi.
J'avais une résidence à la montagne mais comme je détestais marcher autant sur le plat que sur le pentu, le plus important c'était d'être avec ma maman.
Puis, il a fallu qu'un grain de sable vienne troubler ma quiétude.
En ces premiers jours de mars où le soleil avançait déjà la promesse d'un printemps précoce, j'ai décidé que je ne me lèverai pas.
J'ai mal mais je ne me plains pas. On appelle au secours le vétérinaire qui fait tout ce qu'il pouvait pour moi mais il sait que c'est grave.
Maman aussi d'ailleurs. Elle a veillé sur moi pour m'aider à combattre.
Dans la nuit, j'ai profité d'un moment d'assoupissement de maman pour me retirer sur la pointe des pieds, en douceur, discrètement comme fut ma vie ici bas.

Je laisse dans la peine tous ceux qui m'ont aimée et en particulier maman et Tatie Jacote qui m'ont donné ces deux années de bonheur.
Gardez moi dans un coin de votre mémoire bien au chaud. Je vous aimais profondément.

Je m’appelais Gribouille j'aurais fêté mes 8 ans en septembre.

Toute l'équipe de l'APACS vous envoie leurs plus douces pensées.