Bien le bonjour à tous d'une petite bergère de lignée écossaise, sur les pas d'un écrivain écossais ..... L'été a été trop chaud, nous étions reclus à l'intérieur, à la recherche d'un peu de fraîcheur.

Aussi, les photos ne sont pas de saison. Nous remonterons le temps d'avant l'été, le début du mois de juin, au PONT de MONVERT, un lieu chargé d'histoire.

Ayant parcouru de grands espaces, nous arrivons à la Pierre froide, un hameau du PONT de MONVERT ..... Ici, le vent d'autan souffle avec force depuis plusieurs jours Brrr...Brrr.... il semble que je grelotte ? Mais non, mais non, ma fourrure me protège ..... mes compagnons de route, eux sont frigorifiés.

Nous avions aussi grimpé sur des coteaux herbeux, abords de pâturages où les genêts horriblement jaunes et malodorants se font envahissants et les paysans doivent les combattre ..... et je voudrais bien les aider, car l'or des genêts qui donne une belle parure aux pentes est le signe d'un pays qui se meurt.

En attendant, je me permets une petite pause dans les herbes folles, d'où avec discrétion, je surveille mon petit monde .... il ne faudrait surtout pas qu'ils s'écartent...

Ce matin, nous partons à l'assaut du mont Lozère .... Distraite et empreinte de curiosité, je m'attarde vers les myrtilliers, tandis qu'ils avancent, tout en ayant un regard sur moi.

Alors, je dois me dépêcher et prendre les devants .... Maintenant, c'est moi devant et toi qui suit .... On inverse les rôles conventionnels, c'est notre petit jeu à nous .... Et je marche, je marcherai sur les pas de l'écrivain, jusqu'au sommet, le pic de Finiels à 1699m.

Ici, c'est Bellecoste; après avoir traversé de vastes étendues plutôt marécageuses,un endroit garni d'herbes sèches m'interpelle. Ce coin me plaît bien pour un temps de repos après le petit casse croûte partagé

Est ce l'heure de la sieste ? Je me crée un petit nid douillet, mais le ciel se fait menaçant .... Alors, on ne s'y attardera pas, il faut continuer.

Au hameau de l'hôpital, quel drôle de nom, quel drôle de lieu où il n'y a personne ....

Une pression inouïe de silence dans une nature apaisée et fleurie. Comme j'aime découvrir, je visite selon mon gré, ici et là. Un beau décor pour la détente et ce sera la dernière prise de vue dans un pré de narcisses. Ouf ! Enfin .... Si Stevenson est passé ici en 1878 avec sa Modestine, qu'est ce qu'elle a dû se régaler et faire beaucoup de roulades !

A travers quelques étapes des vacances, j'ai partagé des découvertes avec vous, dans une nature encore préservée, sur notre terre en surchauffe; Stevenson ne se doutait pas de ce que nous vivrions actuellement.

A tous, je vous souhaite de bien continuer avec une belle saison automnale.

De tout cœur avec vous.

Gaïa et sa famille.